samedi 18 mai 2019

Jules Ferry, cet inconnu




Dans son « Jules Ferry, cet inconnu » Éric Fromant retrace le parcours de ce personnage clé de la 3e République. Républicain, laïcard revendiqué et grand défenseur de la colonisation, celui qui est considéré comme le père de l’école publique a connu un parcours politique chaotique.

À travers cet ouvrage, l’auteur présente, sans complaisance ni animosité, la vie publique et privée de Jules Ferry dans un livre qui devrait rapidement devenir une référence en la matière.

Présentation de l’éditeur

Fondateur de l’école laïque et de l’empire colonial, Jules Ferry est bien plus que tout cela : intellectuel au grand courage physique, républicain engagé dans une lutte féroce avec un autre républicain, Georges Clemenceau véritable partisan de l’industrie et du libre-échange devenu adepte du protectionnisme paysan. Sa vie est un roman. Il faut la découvrir en respectant la chronologie c’est la grande originalité de ce livre, seul à présenter l’enchaînement des faits, de sa naissance en 1832 à 1893, date de sa mort.

Biographie de l’auteur

Éric Fromant est un économiste aux idées novatrices, auteur du livre Les clés du renouveau grâce à la crise ! (ems-éditions). Ancien dirigeant d’entreprise, il enseigne dans diverses grandes écoles et dirige un cabinet de conseil en stratégie.



Jules Ferry, cet inconnu
de Éric Fromant
publié le 16 novembre 2018
chez L'Harmattan
à Paris
328 pages
ISBN-10: 2343159769
ISBN-13: 978-2343159768

Alors que la « culturophobie » menace l'école, le ministre Blanquer lutte contre la transphobie

Alors que le grand problème de l’école n’est en rien la « transphobie » inconnue jusqu'à une épidémie psychologique récente, mais la culturophobie, le ministre de l'Éducation français, Blanquer, prétendûment conservateur et pragmatique, a entamé une grande campagne intitulée « L’Homophobie, ça suffit ! » dans le cadre de la lutte cotre l'homophobie et la transphobie.

On lit de moins en moins les grands auteurs (Pas de classiques de la littérature, mais la lutte contre l'hétérosexisme en classe de français, d'anglais, d'histoire et de mathématiques), mais l'écoute s'ouvre à la thématique de la coterie LGBT2QSAIP+ (voir le cours d'éducation à la sexualité du Québec imposé par une gouvernement que l'on dit de droite...).



Voir aussi


Réformes Blanquer : les nouvelles épreuves d'histoire-géographie au bac sont scandaleuses



mercredi 15 mai 2019

El Andalous — Les adeptes du mythe du vivre-ensemble ont quelque souci à se faire

Les Chrétiens dans al-Andalus, de la soumission à l’anéantissement : voilà un titre qui ne laisse guère d’alternative au lecteur. Son auteur, Rafael Sánchez Saus, est une sommité du monde universitaire espagnol. Médiéviste, il est aussi historien des idées.

Après avoir lu son essai, on se dit que les défenseurs du mythe ont quelque souci à se faire. Déjà, en 2004, un autre historien espagnol, Serafin Fanjul, avait taillé en pièces la légende dans un essai qui avait provoqué de sérieux remous, Al-Andalus, l’invention d’un mythe. La réalité historique de l’Espagne des trois cultures (Toucan, 2017).

Mais ici il s’agit d’autre chose. Autant Serafin Fanjul polémiquait avec les publicistes qui ont entretenu le mythe d’el-Andalous, autant Rafael Sanchez Saus s’en abstient. Son livre ne s’attache qu’à l’étude des faits tels que les différentes sources historiques, arabes et latines, permettent de les envisager. Ce n’est pas le livre d’un militant mais d’un scientifique qui tente de résoudre l’énigme qu’a représentée le surgissement soudain de l’islam dans un monde hispanique encore dominé au début du VIIIe siècle par une dynastie wisigothe chrétienne qui s’est écroulée sous l’assaut fulgurant des troupes berbères et arabes venues d’Afrique du Nord.

L’auteur se penche aussi sur la quasi-disparition de la chrétienté en Afrique du Nord et sur la conversion des Berbères à l’islam. S’il ne polémique pas, c’est qu’à ses yeux il n’existe plus un seul historien sérieux qui défende la vision idyllique d’une civilisation où juifs, chrétiens et musulmans auraient devisé aimablement à l’ombre de la mosquée de Cordoue.

Il ne fait aucun doute à ses yeux que l’instauration du régime islamique qui s’est épanoui sous le règne du calife omeyyade Abdel Rahmane a été d’une extrême brutalité. L’auteur insiste sur la décadence d’un monde wisigoth qui n’a pas résisté au choc de l’agression arabe. Il rappelle que les juifs, eux-mêmes opprimés par les chrétiens, ne s’opposèrent pas à l’invasion. Toute une partie de la société chrétienne, notamment les mozarabes, chrétiens culturellement arabisés, coopérèrent avec les nouveaux maîtres qui leur laissèrent au début des formes d’autonomie. Mais, peu à peu, notamment sous l’influence de l’islam malékite, extrêmement rigoriste, les marges de liberté de la société chrétienne se réduisirent comme peau de chagrin.

Tracasseries et persécutions


Connaisseur de l’islam et de ses diverses écoles, Rafael Sanchez Saus énumère toutes les prescriptions que devaient respecter les dhimmis, depuis l’interdiction de monter à cheval à celle de porter une barbe ou de posséder des armes. Sans oublier les impôts que les infidèles payaient pour avoir le droit de vivre en terre d’islam. L’historien ne nie nullement la somptuosité de l’islam andalou. [Rappelons que l'Hispanie romaine, puis wisigothe était très riche...] L’extrême cruauté et le raffinement ne sont pas incompatibles, on le sait. Mais il rappelle le prix très lourd, depuis les tracasseries jusqu’aux persécutions, qu’ont dû payer les autochtones. «Il ne s’agit pas de nier les réussites de l’islam d’al-Andalus (…) mais de lutter contre la tendance si marquée aujourd’hui à l’idéalisation d’al-Andalus par exécration de l’Espagne chrétienne », conclut l’auteur.

Une idéalisation de l’autre qui est parfois l’autre nom de la haine de soi.

Source : Figaro Littéraire

Les chrétiens dans al-Andalus:
De la soumission à l'anéantissement Broché
de Rafael Sánchez Saus
publié le 20 février 2019
aux Éditions du Rocher
à Monaco
528 pages
ISBN-10: 2268101282
ISBN-13: 978-2268101286

Simplification des Martine (1987/2016)

Les fameux Martine ont été réédités en 2016, ils comportent nettement moins de texte qu'en 1987.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Voir aussi

Après le Club des Cinq et la Comtesse de Ségur, les éditeurs « modernisent » Martine, mais est-elle seulement d'accord ?

États-Unis : plus de prix « Laura Ingalls Wilder » pour cause de Petite maison censément raciste

Bandes dessinées — Quand Hergé expurgeait un missionnaire chez les Esquimaux (au Canada d'abord, puis devenu explorateur bien laïc scandinave)

Comtesse de Ségur épurée

La Comtesse de Ségur déchiffrée : son vocabulaire est-il encore compris aujourd’hui ?

« Le Club des Cinq » caviardé car trop politiquement (et religieusement) incorrect et à la langue trop compliquée

C'est ça l'école québécoise moderne : Pas de classiques de la littérature, mais la lutte contre l'hétérosexisme en classe de français, d'anglais, d'histoire et de mathématiques

samedi 11 mai 2019

Lettre d'un père au Ministre Jean-François Roberge

Nous publions ci-dessous des extraits d'une lettre qu'un parent à faire parvenir à Jean-François Roberge au sujet des règles sévères contenues dans un nouveau règlement qui vise à limiter la liberté éducative des parents. Ce règlement exclut dans l'état actuel tout idée d'équivalence entre les examens ministériels (sacro-saints et nec plus ultra) du Québec et d'autres formes d'évaluations (examens d'autres pays comme le bac français, par soumission de portefeuilles d'activités, évaluations par des tiers dûment habilités, etc.


Québec, le 1er mai 2019



Honorable Jean-François Roberge
Député de Chambly, ministre de l’Éducation… éducateur, et père,

Monsieur le Ministre,

Permettez-moi de vous offrir un très cordial bonjour.

[...]

La présente est pour vous demander de surseoir à l’imposition d’un changement imminent dans la loi sur l’Instruction publique en ce qui concerne l’école à la maison, et ceci dans le but de protéger tout un chacun contre ce qui est, il faut l’avouer, un étrange empressement. Comme vous, je suis père d’une famille dont trois de mes quatre enfants sont adultes. Ainsi, je sais très bien que pour vous et moi, comme pour l’immense majorité des familles québécoises, nos enfants sont plus que la prunelle de nos yeux.

Bref, est-il nécessaire de vous affirmer que tout parent digne de ce nom désire ce qu’il y a de mieux pour ses enfants?! D’emblée, je dois vous dire que nous avons retiré nos 4 enfants de l’école publique en 2008 pour mes garçons, et en 2009 pour mes filles. À l’époque, nous avions pensé à l’école à la maison, mais nous désirions leur donner la chance d’essayer le privé […]1

D’entrée de jeu, et afin de vous exposer la source de mes doléances et de ma demande (qui concerne l’exercice même de la démocratie), je vous cite deux paroles phares. Celle d’une juge célèbre ainsi que celle d’un sociologue, qui, il faut le souligner, sont tous deux hautement réputés pour défendre la cause de l’Éducation au Québec et celle des enfants…

« L’État est incapable d’aimer les enfants. » 2
L’honorable juge Andrée Ruffo

« Si vous aimez l’école, apprenez à vous méfier du ministère qui l’a ruiné. » 3
Mathieu Bock Côté 


Ceci étant dit, entrons dans le vif du sujet; monsieur Roberge, vous feriez-vous opérer par un médecin qui rate plus de 40% de ses interventions chirurgicales depuis des décennies? La réponse nous la connaissons tous deux. Or, le taux de décrochage scolaire actuel chez les garçons francophones au secondaire est de cette envergure, voire plus, et ici je ne parle pas des multiples autres carences que je constate quotidiennement chez les jeunes, notamment au niveau de l’Histoire, ainsi que du français, à l’oral comme à l’écrit4… tout ceci en ajoutant les dernières données acquises sur le terrain à propos du contagieux bourbier neurotoxique fabriqué le 17 octobre dernier5 [légalisation du cannabis en 2018]


Comment un peuple fier et supposément libre peut-il tolérer une telle situation depuis des décennies? Comment les élus peuvent-ils accepter une telle médiocrité? Nos enfants ne sont-ils pas notre avenir? Dans l’affirmative, il faut cesser de fuir la source du problème qui, comme l’a déjà mentionné M. Bock-Côté, n’est ni l’argent ni les parents. Car, dans le passé, d’excellentes écoles ont vu le jour dans la pauvreté et le manque criant de ressources, autant au Québec que dans le reste du monde. Ne saviez-vous pas que des étudiants du Québec sont montés sur le haut du podium à de prestigieux concours internationaux : Philadelphie 1876, Paris 1878, Londres 1884, Chicago 1893 et à nouveau Paris en 1900. Ne saviez-vous pas que les anglophones venaient de partout au Canada, dans les années 20 à 60, pour s’instruire dans les universités du Québec, dont l’université Laval qui jouissait d’une réputation internationale… et que les élites modernes ont toutes été formées dans les écoles d’avant 1960 (le cours classique) et tout cela, il faut le dire, avec l’archaïque tableau ardoise et surtout, sans iPad ni Ritalin!?

Mais bon sang, on se demande bien où est l’urgence du ministère? En effet, des milliers de familles du Québec font l’école à la maison depuis des décennies, et dont plusieurs des enfants performent actuellement au cégep et à l’université! Par cette annonce impromptue, il faut le dire, le crier, ces familles ont été consternées et le mot est faible.

En effet, nous constatons une fois de plus que le ministère téléguide maints élus depuis des lustres. Ne savez-vous pas que les parents ont en priorité le devoir de veiller au bon encadrement de leurs enfants, à leur Éducation et à leur sécurité? De la même manière, avez-vous oublié que le prétexte de cette loi provient principalement d’une situation exceptionnelle (les écoles hassidiques, qui ont d’ailleurs quitté le Québec), mais qui est appliquée mur à mur?! N’est-ce pas là une autre démonstration du ministère dans sa capacité légendaire à jeter les bébés avec l’eau du bain ou encore à faire des amalgames douteux, comme l’affirme l’article suivant?! Je cite « Selon ce que Le Devoir a appris, à peine 81 des 5189 demandes d’enseignement à la maison (1,6 %) faites par des parents pour l’année scolaire 2018-2019 ont été jugées non conformes. »6 On admet donc que pour seulement 1,6 % de parents « fautifs », tous les parents sont suspectés de négligence et subissent une inqualifiable calomnie et des investigations à domicile, pour ne pas dire des invasions. Monsieur le ministre, aimeriez-vous que des calomnies circulent sur votre dos? Certainement pas, alors pourquoi laisser le ministère et certains médias en véhiculer sur le dos des parents et des enfants du Québec?

En tant que père, ex-enseignant et ex-coordonnateur de département scolaire et ex-délégué au MEQ pour la refonte d’un programme, je vous affirme sans l’ombre d’un seul doute que c’est le système scolaire qui néglige les enfants et qui pénalise les étudiants studieux et disciplinés. Mais nonobstant ces chiffres du Devoir, tous les enfants éduqués à la maison dont j’ai connaissance (de visu et statistiquement) sont bien au-dessus des moyennes ministérielles, académiquement, culturellement et socialement […] Comment peut-on être aussi malhonnête intellectuellement pour nier que ces enfants scolarisés à la maison ajoutent à la diversité pédagogique et culturelle de notre société? Par conséquent, l’apparition soudaine de cette urgence ministérielle ne procède ni de la science ni d’une nécessité, mais d’une idéologie qui nous est non seulement étrangère, mais hostile.

Mes 35 ans d’expérience scolaires me permettent d’affirmer que les nouvelles règles imposées aux parents sont, et de loin, beaucoup plus contraignantes que ce qui est demandé aux enseignants du Québec et surtout au ministère. Pourquoi donc un tel, deux poids deux mesures? Il est évident que cette potentielle loi n’est pas faite pour protéger les enfants, mais bien pour achever le bétonnage d’un étrange monopole. Bref, des bâtons dans les roues des parents qui sont avant tout soucieux de la qualité réelle de l’Éducation et donc de l’avenir de leurs enfants. Le ministère serait-il jaloux de ces parents qui font pratiquement 100% d’enfants non-décrocheurs?! En effet, pourquoi exige-t-on plus des parents que du ministère qui, il faut aussi le dire, se donne des droits jamais vus et qui ne respecte même pas certaines des lois existantes? Le ministère n’est-il pas ici dans la plus pure « tradition » du «  fait ce que je dis et pas ce que je fais?» Ne voyez-vous pas l’évidence, M. Roberge, que l’égalitarisme féroce qu’une certaine haute fonction publique du Québec cherche à appliquer mur à mur est une gravissime négation de la vraie diversité et de la vraie recherche empirique et donc des vraies solutions en pédagogie?! Ne voyez-vous pas que le ministère nous cambriole des droits légitimes?

Si vous avez des doutes à tous ces sujets, j’aimerais que vous contactiez l’ex-ministre, M. Jacques Brassard, à propos de son vibrant mea culpa lorsqu’il a parlé des changements qu’il a votés en Éducation à la fin du siècle dernier (déc. 1997). Je le cite de mémoire (lors d’une rencontre à la dédicace de son livre à Québec en 2013) : « Nous avons tous unanimement et naïvement voté pour la suppression d’une protection fondamentale pour les parents et enfants du Québec… nous n’avons rien vu passer. » Il a par la suite parlé avec conviction de « ces élites qui n’ont que mépris pour ces parents » (voir la vidéo7). M. Brassard a donné maintes interviews en lien avec la dangereuse perte de liberté scolaire au Québec.7

Désirez-vous avoir les mêmes remords que M. Brassard dans un futur beaucoup plus proche que vous ne pouvez l’imaginer, et cela en raison d’un vote précipité contre une liberté fondamentale? Et qui plus est, une liberté qui vise à protéger les enfants contre un ministère tentaculaire qui manifestement, cherche à nationaliser et contrôler les enfants comme jamais auparavant […] et ce n’est pas moi qui le dis!?8 Comme au temps de la prolifique ADQ – et comme c’est le cas maintenant – maints sondages ont montré que la population du Québec désire plus de liberté scolaire. C’est d’ailleurs cette propension à une plus grande liberté scolaire qui avait propulsé l’ADQ au plus haut niveau d’appui populaire de son histoire! Bref, je vous le demande sincèrement, Monsieur le Ministre, avez-vous été élu par le ministère ou par des parents?

Je vous demande donc de bloquer ce « projet de loi » illégitime afin, primo, de favoriser la diversité des enseignements au Québec9, secundo, de protéger ces enfants qui sont malheureux et négligés par le système scolaire du Québec; et ils sont beaucoup plus nombreux que vous ne le croyez, comme vous pouvez le constater, par les références 8 et 9 proposées et par la bibliographie sommaire à la fin des annexes10.

En tant qu’ex-enseignant, je me dois de vous affirmer que si tous sont mis dans le même moule « éducatif » ministériel, nous ne pourrons établir de différentiel dans le futur. Ainsi, nous serons dans l’incapacité de trouver la source des problèmes et par le fait même, incapable de corriger une situation qui pourrait rapidement nous dépasser. Et ici, ce n’est pas seulement le pédagogue et le père qui parle, mais l’ex-enquêteur... Un grand et sage scientifique n’a-t-il pas dit vers la fin de sa vie :

« Ne fais jamais rien contre ta conscience même si l’État te le demande. » 
Albert Einstein

[...]

L’objection de conscience des parents11 est la base constituante d’une saine démocratie et est un rempart non seulement contre les agressions, mais aussi contre toute forme d’anarchie, de dictature et autre idéologies douteuses12, aussi tranquilles soient-elles (voir toutes les Annexes)13. Ainsi, le ministère s’approprie des droits qu’il n’a jamais eus… on peut même affirmer que le ministère s’approprie le Droit lui-même autant parce qu’il est juge et partie, que parce qu’il agit en toute impunité, car il ne rend jamais de véritable compte à qui que ce soit pour ses erreurs, et cela depuis des décennies.[...]

Je suis disponible pour une rencontre avec vous… et je demande la même chose pour tous les parents du Québec qui voudraient vous rencontrer, mais ne le pourront peut-être pas en raison de cette précipitation tout aussi suspecte qu’illégitime d’un ministère qui échappe plus que jamais à tout contrôle indépendant. Donc, si vous êtes un authentique démocrate et un serviteur du peuple, vous devez impérativement suspendre le projet actuel du ministère de l’Éducation pour une période de plusieurs années… évidemment, je demande une réponse écrite à la présente dans les plus brefs délais.

Tout en vous remerciant à nouveau, je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en mon total dévouement pour la cause des jeunes, des familles et pour ma patrie, le Québec et le Canada.

C. D.
Ex-enseignant




1. Dois-je vous spécifier que nous aurons ainsi économisé à l’État la somme appréciable de 148 000 $ sur une période d’environ 13 ans. Si nous avions fait l’école à la maison, le montant aurait été près du double…


2. https://www.youtube.com/watch?v=_5qI3m3PWd,
https://www.youtube.com/watch?v=H1mUM3yZZcg

3. M. Bock-Côté, « Histoire de prof. » Journal de Québec, 12 janv. 2012 page 18.

4. « Contre la réforme », Robert Comeau et Josianne Lavallée; ISBN : 978-2-89649-046-2 ; et, Joseph Facal ; Journal de Québec, 26 février 2019, page 8.

5. https://anticorruptiontran.wixsite.com/french/les-drogues
et, http://theconversation.com/consommer-du-cannabis-a-ladolescence-augmente-le-risque-de-schizophrenie-15-ans-plus-tard-96753

6. Le Devoir, 28 mars 2019, Marco Fortier.
https://www.lapresse.ca/actualites/education/201904/02/01-5220609-des-parents-qui-font-lecole-a-domicile-en-colere-contre-le-ministre-roberge.php

7. https://www.youtube.com/watch?v=aCAiW2mwO78

8. Michel Vastel; « Le grand dérangeant ». Biographie de Bernard Landry, pages 90-91. René Lévesque était en opposition avec les idées concentrationnaires de Paul-Gérin Lajoie et d’Arthur Tremblay. « On ne doit pas nationaliser les enfants. », disait René Lévesque avec raison. Cité aussi par Pierre Godin, biographe de René Lévesque, dans : « Un enfant du siècle » (Tome I); ainsi que « Héros malgré lui » (Tome II, page 226), aux Éditions Boréal.

9. https://www.journaldequebec.com/2018/01/31/juges-ingerables-ils-doivent-faire-lecole-a-la-maison
https://www.journaldequebec.com/2016/10/31/un-enfant-prive-decole-depuis-un-mois
https://www.journaldemontreal.com/2018/03/19/un-eleve-expulse-de-toutes-les-ecoles-dune-commission-scolaire-1

10. https://www.journaldemontreal.com/2011/12/03/les-pauvres-agresseurs
https://www.journaldequebec.com/2011/12/01/la-faute-a-la-societe
http://www.pouruneécolelibre.com/2011/12/menacee-par-lecole-la-mere-renvoie-sa.html

11. https://fr.wikipedia.org/wiki/Objection_de_conscience

12. Thèse doctorale : Vincent Geloso; « Du Grand Rattrapage au Déclin Tranquille: Une histoire économique et sociale du Québec de 1900 à nos jours. » ISBN-13: 978-2924151129. http://www.quebecoislibre.org/13/130615-5.html

13. Martin Lemay; « À la défense de Maurice Duplessis ». Aux Éditions Québec Amérique. Source : https://www.quebec-amerique.com/livres/biographies-idees/dossiers-documents/a-la-defense-de-maurice-duplessis-2222



L'Âge des Ténèbres. L'empire du marxisme culturel en éducation

L'Âge des Ténèbres. L'empire du marxisme culturel en éducation par Jean Laberge aux éditions Sidney Laurent

Lancement du libre avec l'auteur 

Jeudi le 16 mai 18h à l'atelier-librairie Le livre voyageur (2319 Rue Bélanger, Montréal)


L’Âge des Ténèbres n’est pas que le titre d’un film de Denys Arcand. C’est une réalité métaphysique bien plus prégnante qu’on ne saurait l’imaginer.

Le siècle des Lumières, le XVIIIe, fut le point départ de l’Âge Moderne. La modernité a toujours cours et se remarque aujourd’hui par l’apparition de nouveaux phénomènes sociaux, dont celui de la condamnation de toute appropriation culturelle par la majorité de ce qui n’appartiendrait en propre qu’aux minorités. Nous assistons aujourd’hui à la tyrannie des minorités. C’est ce qui marque l’avènement du Marxisme culturel. L’auteur repère chez un néo-marxisant, Herbert Marcuse, les fondements du marxisme culturel déterminant la pensée de l’extrême-gauche en Occident. Le combat de celle-ci ne vise rien de moins que l’élimination de la civilisation occidentale, blanche, religieuse (chrétienne), morale, philosophique, capitaliste, etc. Toute cette culture est critiquée, condamnée et rejetée par l’extrême-gauche.

En particulier, l’éducation passe par la moulinette du marxisme culturel qui conteste et condamne l’éducation traditionnelle conservatrice, conçue comme conservation et apprentissage des acquis du passé. On assiste en effet à une sorte de constructivisme en éducation où les personnes deviennent leur propre maître. Le fameux Rapport Parent, la bible de l’éducation au Québec, a lancé ce constructivisme sous la poussée du progressisme en politique lors de la Révolution tranquille.

Jean Laberge montre que le progressisme politique n’est qu’une forme atténuée du marxisme culturel. L’auteur plaide pour une conception conservatrice en politique et en éducation.

Biographie de l'auteur

Avant d’être professeur de philosophie pendant 25 ans dans un cégep de Montréal, Jean Narrache (alias Jean Laberge) s’inscrivit à l’âge de 18 ans dans le même cégep où il fit carrière. Il n’étudia pas la philosophie, seulement la philosophie marxiste qui dominait alors l’enseignement de la philosophie dans les collèges québécois. Jeune catholique, sa foi fut mise à mal par l’enseignement athée ou agnostique que ses maîtres d’alors, les nouveaux clercs, lui prodiguèrent si généreusement. C’était l’époque (1973) où l’on prenait fort au sérieux, dans l’enseignement de la philosophie, la 11e thèse de Marx sur Feuerbach : « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter diversement le monde, ce qui importe, c’est de le transformer. » Aujourd’hui à la retraite, Jean Narrache revient sur le passé ténébreux de l’enseignement de la philosophie au Québec découlant du Rapport Parent qui constitua les cégeps avec sa formation générale, comprenant entre autres la philosophie. L’auteur reconnaît à l’évidence la marche irrésistible de l’extrême-gauche qui adopta le marxisme culturel à la sauce d’Herbert Marcuse.

Versions disponibles
Ebook Téléchargeable, Livre Papier

Format Livre
181 pages

ISBN Livre
9791032614198

ISBN Ebook
979-10-326-2419-7


« Votre réponse doit traduire l'opinion des jeunes du Québec »

On se rappellera que l'examen de français en secondaire V contre lequel se sont insurgés des élèves militants portait sur l'écriture d'une lettre ouverte de 500 mots sur le thème « Peut-on s'adapter aux changements climatiques ? ».

Un élément troublant nous est parvenu au sujet de cet examen. Selon plusieurs témoignages d'élèves, les directives de cet examen ministériel aurait porté cette mention étrange : « Votre réponse doit traduire l'opinion des jeunes du Québec ».

S'il est avéré que cette phrase faisait partie des directives, qui sait ce que pensent les jeunes du Québec ? Et pourquoi les élèves devaient-ils adopter cette opinion ?

Veuillez nous contacter si avez des informations sur ces directives...

jeudi 9 mai 2019

La Révolution française n’est pas ce qu’on vous a dit !


Claude Quétel présente une histoire incorrecte de la Révolution française décrite comme une folie meurtrière et inutile dès 1789. 

Une lecture iconoclaste et utile.

Chronique d’Éric Zemmour

CROIS OU MEURS ! de Claude Quétel, Taillandier-Perrin, 478 P., 21,90 €.

« La Révolution est terminée. » En prononçant cette phrase en 1989, l’historien François Furet entendait signifier qu’au bout de deux siècles de querelles historiographiques, l’interprétation de la Révolution française ne faisait plus débat, et qu’elle était arrêtée aux principes qu’il avait définis, à savoir la distinction entre une « bonne » révolution, celle des Droits de l’Homme en 1789, et une « mauvaise », grosse de tous les dérapages criminels, voire totalitaires, de la Terreur de 1793. On peut dire aujourd’hui que Furet a gagné. Le discours de nos livres scolaires comme de nos politiques, comme celui répandu dans la plupart de nos universités, suit la doxa établie par Furet. Seule une poignée d’irréductibles historiens marxistes continue de voir la Révolution comme un « bloc » (selon la célèbre formule de Clemenceau) qui suit, en dépit des violences et des échecs, son inexorable et lumineux chemin progressiste. Pour ceux-là, l’histoire de France commence avec la Révolution, 1789 sortant la nation des limbes de l’obscurantisme où l’avait plongée l’Ancien Régime.

Et si François Furet et sa vision libérale étaient fausses ? Et si la théorie du « bloc » était la plus pertinente, mais qu’il fallait, pour lui donner sa pleine saveur, la retourner comme un gant ? Et si la Révolution était un « bloc », mais un bloc de violence, de fureur, d’injustices criminelles, une catastrophe nationale du dé

but à la fin ? C’est cette thèse audacieuse que défend Claude Quétel : « Le temps est venu de découvrir l’imposture derrière la posture et de convenir enfin que la Révolution française fut un épisode exécrable, de bout en bout, de l’histoire de France (…) Une folie meurtrière et inutile, une guerre civile (…) Le dérapage, ce fut en réalité la Révolution tout entière, dès les premiers jours des États généraux ».

Notre iconoclaste n’a rien inventé : tout son livre est contenu dans Les Origines de la France contemporaine d’Hippolyte Taine. Notre auteur le reconnaît d’ailleurs humblement et rend un hommage mérité au « grand profanateur », qui a osé affronter, seul contre tous, l’université française, soumise d’abord à l’historiographie républicaine puis, après la Seconde Guerre mondiale, à sa version communiste. Taine est inégalable, insurpassable, indémodable. Pour un lecteur de Taine, il n’y a rien de nouveau sous le soleil de Quétel. « Tout est philanthropie dans les mots et symétrie dans les lois ; tout est violence dans les actes et désordre dans les choses. » En une phrase — et en des milliers de pages, et vingt ans de travail, de 1876 à 1895 — Taine a tout dit et tout compris. Ajoutez-y les travaux d’Augustin Cochin qui, avant de mourir en héros pendant la Première Guerre mondiale, a analysé la formidable organisation des sociétés de pensées jacobines, héritées de celles des Lumières, qui ont façonné et dirigé, jusque dans les plus petites villes de France, le vote aux États généraux de 1789 : « Tout se passe comme si la France entière obéissait au mot d’ordre du mieux monté des partis, et on ne voit point de partis » ; et vous avez tout le livre de Quétel.

Mais si celui-ci n’a rien inventé, il a le grand mérite d’exhumer deux auteurs qui ont été dénigrés, et enterrés par l’université française. Mieux qu’un hommage, une résurrection. Et un pied de nez à tous les progressistes qui tiennent le haut du pavé universitaire et médiatique. Quétel nous montre que, comme le dit Malouet, député monarchien (favorable à une monarchie constitutionnelle) : « Pour tout homme impartial, la Terreur date du 14 juillet. » Il ne nous cache rien des faiblesses de la monarchie, mais nous montre avec crudité des révolutionnaires emportés par leur verbe (une majorité d’avocats), se saoulant de grands mots qui finissent par de grands crimes, et cachant derrière l’emphatique « peuple de Paris », les coups de main d’une moins ragoûtante « populace » de sans-culottes. Quétel considère que la lutte contre le catholicisme, « en achevant de donner un caractère messianique à la Révolution, porte en elle le recours à la guerre ». La guerre civile.

Michelet arrêtait l’histoire de la Révolution à la chute de Robespierre le 9 Thermidor. Quétel la poursuit jusqu’au coup d’État de Bonaparte du 18 Brumaire. C’est Bonaparte qui achève la Révolution, dans les deux sens du terme : il impose une dictature militaire pour sortir le pays de l’anarchie et de la ruine ; mais il sauve aussi l’essentiel de son œuvre en préservant la société égalitaire et méritocratique qu’elle avait fondée. Quétel ne commet pas l’erreur habituelle des historiens républicains qui appellent « guerres de l’Empire » ce qui est en vérité avant tout des « guerres de la Révolution ». En revanche, il se soumet pour une fois à la doxa contemporaine en dénonçant « la soif de conquêtes » des armées françaises. Il dénonce à juste titre ses rapines et ses pillages qui venaient combler les trous creusés par l’impéritie des révolutionnaires. Mais, obnubilé par sa juste vindicte contre les Jacobins, il passe à côté de l’essentiel, à savoir l’affrontement géopolitique entre la France et l’Angleterre pour l’hégémonie mondiale. Ce combat avait commencé avant la Révolution et la monarchie française l’avait perdu lorsque Louis XV avait dû abandonner les conquêtes au Canada et en Inde. Ce funeste traité de Paris de 1763 est, selon certains historiens anglo-saxons, la cause fondamentale de la Révolution.

En tout cas, à partir du moment où les Jacobins les plus intelligents (et survivants !) comprennent que la Révolution avait échoué à régénérer l’homme, ils mettent leur énergie, et leur patriotisme, au service de cette grande cause nationale : redonner à la France le premier rang en Europe. C’est dans les plans du Directoire que Napoléon fondera sa stratégie d’empereur et ce sont d’anciens collaborateurs de Louis XV qui permettront à Carnot d’être pour la postérité « l’organisateur de la victoire ». La Révolution aura été ainsi un énorme — et paradoxal — détour pour tenter de venger la défaite de l’Ancien Régime. Un furieux et ultime effort — et vain — de la France pour prendre sa revanche sur l’ennemi héréditaire anglais. Vaincue, la France se consolera comme elle pourra avec un grand discours prétentieux et faux sur la « grande » révolution qui avait apporté la lumière au monde. Deux siècles plus tard, on en est toujours là.

lundi 6 mai 2019

Cours d'éducation à la sexualité, l'imposition de la théorie du genre est cruciale...

« Un plateau de débats sans idées préconçues à Télé-Québec », c’est ainsi que Télé Québec vend son émission Zone Franche. Il faut saluer cette volonté de la part des producteurs de réunir des gens aux opinions tranchées et opposées sur un plateau pour débattre d’une question de société. C’est suffisamment rare au Québec pour être salué.

Sans idées préconçues ?

Ceci dit, nous ne sommes pas certains que le débat ait été présenté sans idées préconçues de la part des producteurs de l’émission. Les termes du débat sont plusieurs fois faussés. Prenons trois exemples.

1. C’est ainsi que Mme Isabelle Maréchal pose une question « Mais est-ce qu’on peut faire confiance à l’école ? » pour y répondre aussitôt positivement « Il faut ». Dans cette question, Mme Maréchal confond l’école, nullement en question comme institution nécessaire dans le monde (tout le monde est pour) et le ministère du Québec et ses programmes (tout le monde n’est pas pour...). Ainsi donc la présentatrice répond à sa propre question — sans idée préconçue bien sûr « parce qu’il faut donner une chance à l’école à un moment donné ». En parlant d’école plutôt que de ce programme, Mme Maréchal veut emporter l’approbation des spectateurs qui sont naturellement enclins à faire confiance en l’école de leur choix.

Mais pourquoi faire confiance dans ce programme particulier ? Nous ne faisons aucune confiance, nous n’avons aucune foi a priori dans les programmes moraux pondus par des experts ministériels. Aucune. Ils doivent mériter cette confiance.



C’est également sans idée préconçue, bien sûr, que la production présente le débat en ces termes :


2. Or la question n’est pas vraiment dans ce débat de savoir si « les cours d’éducation sexuelle ont leur place à l’école » (même sous Duplessis des prélats catholiques y souscrivaient). Ce n’est pas la question, car ces cours n’avaient jamais vraiment disparu, mais variaient d’une école à une autre, voir ci-dessous une capture d’écran du site du ministère en janvier 2017 qui nous le rappelait. Il s’agit plutôt de savoir si CE programme imposé par le Monopole de l’éducation doit l’être dans toutes les écoles sous cette forme. Poser la question dans les termes « pour ou contre l’éducation sexuelle », c’est fausser le débat. C’est vouloir rallier le commun des spectateurs à la position du « oui, bien évidemment » et de mettre la table en de tels termes que ceux qui s’opposent à CE programme d’éducation à la sexualité passent pour des olibrius attardés.


3. L’idée qu’il y a un rapport entre la fin des cours de formation personnelle et sociale (mais pas la fin de cours sur la sexualité, rappelons-le) et l’augmentation des infections transmises sexuellement est également une manière de fausser le débat par la production. Rien ne prouve qu’il y ait causalité. En effet, d’une part, il y avait encore des cours d’éducation à la sexualité (variables d’une école à l’autre) mais, d’autre part, il y a eu une recrudescence des IST dans les pays occidentaux ces dernières années sans qu’il y ait eu de changement dans l’éducation à la sexualité (États-Unis, Suède, Pays-Bas). Voir aussi Le cours d’éducation sexuelle ontarien évite-t-il l’augmentation du nombre de maladies vénériennes ?

Cette présentation d’un lien entre la fin (partielle) de l’éducation à la sexualité et hausse des IST ressemble à une autre grosse ficelle pour imposer l’idée de la nécessité de ce programme particulier.

L’émission en entier est ici.

Quelques extraits 


1. Inadmissible que les valeurs morales ou sexuelles des parents soient respectées et que les parents puissent soustraire leur enfant à des portions du cours, selon l’enseignant de secondaire V, Martin Dubé. Bienvenue au Québec, terre de libertés, pour ceux qui pensent dans les clous du sexuellement correct progressiste. Notons que M. Dubé n’hésite pas à qualifier d’« homophobe » (aversion pathologique à l’homosexualité) un parent peu enthousiaste pour un cours sur « l’homosexualité » parce qu’il trouverait, par exemple, l’hétérosexualité plus normale que l’homosexualité, préférerait que ses enfants soient hétérosexuels, sans haïr les homosexuels, et qu’il s’opposerait à ce que les agents de l’État disent l’inverse à ses enfants (Voir ci-dessous lien sur le plan interministériel contre l’« hétérosexisme » du PLQ que la CAQ ne touchera bien sûr pas). Pour ce carnet, l’État n’a pas à imposer sa morale sexuelle et n’a pas à lutter contre l’hétérosexisme.



2. Pas de cours d’éducation à la sexualité à part, il sera diffus, saupoudré dans les autres matières. Pas d’examen, mais on pourra aborder la sexualité en français, de déclarer béate une partisane du cours, dans des textes argumentatifs... Plus de classiques de la littérature, mais subtilement (ou non) du sexuellement correct partout ? Dans la pratique, les parents qui s’opposent à des portions du cours ne sauront donc pas quand retirer leurs enfants.



3. La Théorie du genre est un cheval de Troie de ce programme déclare Me Jean-Yves Côté. Cela inquiète de nombreux parents. Lili Boisvert, activiste progressiste qui fait des capsules militantes sur Télé-Québec (voir cette vidéo navrante payée avec vos impôts) essaie d’abord de ridiculiser l’idée, de ne pas comprendre le lien avec le cours ou de ne pas comprendre le scandale. Nesrine Bessaïh, partisane du cours, elle, a très bien compris le rapport et insiste que c’est un sujet essentiel du programme, car il touche à ce que vivraient les enfants, ce serait selon elle au centre des problèmes des élèves. À savoir la pression vers des rôles et des comportements stéréotypés masculins et féminins. Rappelons que c’est écrit noir sur blanc dans le programme : lutter contre « les effets nuisibles [sic] des versions traditionnelles » des rôles sexuels. La vie privée, l’intimité est maintenant du ressort de l’État. Un garçon plus petit, plus frêle qu’un autre se fait traiter d’efféminé... Vite ! Une dose de théorie du genre par un agent de l’État. Tu seras « queer » ou « bispirituel », les options sont infinies, fluides. Peu importe si l’adolescent a un simple retard de croissance. L’État doit intervenir. Et s’il est gros, laid ? Que fera l’État de plus qu’apprendre la courtoisie et l’amabilité aux enfants ? Développer tout un programme scolaire ?




Me Jean-Yves Côté fait référence à ce dessin (une infinités de genres, de sexes, d'orientations) :



Zemmour rappelait déjà que les programmes scolaires socialistes en France (ce sont politiquement ceux de la CAQ au Québec, avec plus d’insistance sur les connaissances en France) parlaient aussi de « lutter contre les stéréotypes sexuels ». C’est le nouveau vocable de la novlangue de gauche pour remplacer la « théorie du genre ».




Pour aller plus loin (en anglais), selon le professeur de psychologie Jordan Peterson dire que l’identité de genre est indépendante du sexe biologique est faux, c’est un non-sens. Les données scientifiques sont très claires, irréfutables, c’est aussi faux que de dire que la Terre est plate. Ceci ne veut pas dire qu’il n’y ait pas des femmes masculines et des hommes efféminés. Mais même si l’identité de genre n'était qu'une convention, purement performative, il faut que le reste de la société sache comment répondre à cette identité et cela n’est pas purement subjectif, cela nous est imposé par les autres. Vouloir choisir parmi une infinité d’identités de genre est la recette pour être complètement aliéné. Et vouloir imposer sa propre définition, sa propre identité de genre unique et originale (puisque les choix sont infinis) est une manière de dominer les autres, c’est foncièrement narcissique. De nombreux transgenres ont contacté le prof. Peterson.  Les militants autodésignés du « genre » ont rendu la vie de ces personnes nettement plus difficile. Ces personnes qui ont effectué leur transition aspirent surtout à passer inaperçues et à adopter une identité stéréotypée. Le militantisme LGBTQ les gênent dans ce désir.



Quelques remarques sur la captation

Un échange intéressant entre Rébecca Thérien et la sexologue a été coupé au montage. En substance, interrogée sur sa connaissance du dossier et si elle avait tout lu, Mme Thérien a répondu qu’elle avait lu tout ce qu’il y avait de disponible sur le site du ministère. À quoi la sexologue lui a répondu qu’elle n’avait pas pu tout lire puisque certains documents qui fondaient le programme n’étaient disponibles qu’aux personnes dûment habilitées.  Mme Thérien a conclu qu’on demandait aux parents de faire confiance à l’État qui imposait ce programme, mais que celui-ci leur interdisait dans un manque de transparence évident l’accès à tous les documents...

Selon des personnes dans l’audience, une bonne part du public était constitué d’étudiants en sexologie et en communications de l’UQAM. Cela expliquerait certains applaudissements visiblement partisans, par exemple quand Lili Boisvert intervient lors de la discussion sur la théorie du genre. Beaucoup d’applaudissements partisans ont cependant été coupés au montage.

Urbania qui produit cette émission produit aussi Sexplora, émission animée par Lili Boisvert qui apparaît dans la vidéo sur la théorie du genre. Urbania se dit « Anti-conformiste, curieux, irrévérencieux ». Les émissions de Mme Boisvert nous semblent pourtant très conformistes et prévisibles de la part de cercles qui se veulent progressistes, modernes et féministes.

Voir aussi

Programme d’éducation à la sexualité du Québec : lutter contre « les effets nuisibles des versions traditionnelles » des rôles sexuels

Détourner la lutte contre l’intimidation et intimider les hétérosexistes 

Pas de classiques de la littérature, mais la lutte contre l’hétérosexisme en classe de français, d’anglais, d’histoire et de mathématiques



Billet originel du 30 avril

Cours d’éducation à la sexualité du Monopole de l’Éducation du Québec

L’entrée en vigueur du nouveau programme québécois d’éducation à la sexualité crée de la résistance.

Depuis septembre 2018, une formation sur différents aspects de la sexualité et à la théorie du genre est imposée à près d’un million de jeunes des niveaux primaire et secondaire au Québec. Une fois de plus aucune échappatoire... Le Premier ministre Legault (que certains prétendent conservateur) a brutalement fermé la porte à toute forme de contestation.

Pourtant, pour des groupes de parents inquiets et des organisations religieuses, la question n’est pas réglée. Ce programme d’éducation à la sexualité particulier doit-il être imposé à tous les élèves ?

Invités

• Jean-Yves Côté, avocat à l’Association des parents catholiques du Québec
• Martin Dubé, professeur en secondaire 5
• Israël Poulin, père de famille opposé au programme d’éducation à la sexualité
• Nesrine Bessaïh, présidente de la Fédération du Québec pour la planification des naissances
• Rébecca Thérien, mère de famille opposée au programme d’éducation à la sexualité chez les tout-petits
• Lili Boisvert, militante féministe qui fait aussi des capsules pour Télé-Québec, elle anime l’émission Sexplora, produite par Urbania.
• Julie Lemay, sexologue M.A. à la commission scolaire des Patriotes
• Célestine Uhde, élève de secondaire 5

Un peu d’amalgames bien orientés de la part des producteurs

Les producteurs insinuent sournoisement dans leur communiqué annonçant cette émission : « selon le ministère de la Santé, les cas d’infections transmises sexuellement ont augmenté depuis 2002, soit peu de temps après l’abolition du programme de formation personnelle et sociale. »

L’ennui c’est que les infections transmises sexuellement ont augmenté un peu partout en Occident ces dernières années sans qu’on y ait aboli les cours d’éducation sexuelle (voir liens ci-dessous). Voyons si la production de l’émission osera ressortir cet amalgame simpliste lors de la diffusion de l’émission.

Voir aussi

L’absence de nouveau programme d’éducation sexuelle explique-t-elle la hausse des MST ?

Programme d’éducation à la sexualité du Québec : lutter contre « les effets nuisibles des versions traditionnelles » des rôles sexuels

Éducation à la sexualité : « les craintes des parents sont légitimes » (Ce texte aurait mené à l’exclusion de la professeure Nadia El-Mabrouk d’un colloque syndical à cause de ses positions sur la laïcité et l’éducation à la sexualité.)

Le cours d’éducation sexuelle ontarien évite-t-il l’augmentation du nombre de maladies vénériennes ?





Intolérable question : « Peut-on s'adapter aux changements climatiques ? »

Beaucoup de bruit la semaine passée autour de la question d’examen de français de la dernière année du secondaire au Québec (à la fin de la 11e année de scolarité, vers 16/17 ans).

Pour les lecteurs non québécois, il faut préciser que cet examen de français ne porte sur aucun auteur classique ni sur des connaissances littéraires. Il s’agit plutôt d’écrire une courte lettre ouverte dont le thème est connu à l’avance, thème préparé en classe sur la base d’un dossier fourni par le ministère. Lors de l’examen, l’élève peut amener le matériel suivant : une feuille de notes basées sur le dossier et la préparation à l’examen, un ​dictionnaire, une grammaire et un recueil de conjugaison. Apparemment, même dans ces conditions, certains élèves parviennent à échouer l’épreuve.


Les jeunes avaient donc reçu quelques jours auparavant un « dossier préparatoire » qui indiquait que la question à l’examen porterait sur « les changements climatiques ». Mais ce n’est que jeudi matin qu’ils ont appris la nature précise de la question, comme le prévoient les règles pour cette épreuve d’écriture de trois heures et un quart qui consistait à rédiger une « lettre ouverte » de 500 mots.

« Question si maladroite » pour Le Devoir

Pour le Devoir, « une question d’examen posée sur le réchauffement climatique était si maladroite que des milliers d’élèves ont écrit sur une page Facebook pour se moquer le ministère de l’Éducation. »

Quelle était donc cette question ?

« Peut-on s’adapter aux changements climatiques ? » La question, posée jeudi dans l’épreuve uniforme de français des élèves de secondaire V partout au Québec, a causé une vague d’indignation dans des groupes d’élèves militants.

Vendredi matin, plus de 35 000 comptes Facebook avaient rejoint un groupe qui avait été créé, au départ, pour que les finissants du secondaire échangent sur l’examen en question.

Maladresse envers toute une génération

Selon Radio-Canada, la page Facebook, intitulée « Examen du ministère 2019 » a pris une autre tournure lorsque les milliers d’élèves ont voulu dénoncer l’angle de la question au sortir de l’examen.

« C’est normal que ça intéresse les élèves. On fait des mouvements pour l’environnement. Il n’y a rien qui se passe et on nous fait passer un examen là-dessus », affirme Francis Claude, administrateur et créateur du groupe Facebook en question.

L’élève à l’école secondaire du Mont Sainte-Anne estime que le ministère de l’Éducation a fait preuve de maladresse envers sa génération. Toute une génération, rien que cela...

Il ne faut pas s’adapter aux changements climatiques. Il faut tenter de les inverser.

« On veut faire changer les choses [par rapport aux changements climatiques]. On fait des recherches et on se rend compte qu’il faut agir vite. […] On fait des manifestations, et la réponse du gouvernement, c’est de nous faire passer des examens là-dessus. Tout ce qu’on va écrire dans nos textes, ils ne liront jamais ça. On dirait qu’ils rient de nous », affirme-t-il.

Étrangement, ce dossier de préparation ne peut être divulgué au public... Serait-il partial ?

Pourquoi prendre au sérieux cette indignation ?

Pourquoi cette question suscite-t-elle ce rejet de la part de ces élèves et Le Devoir n’hésite-t-il pas à parler de question « si maladroite » ?

Il s’agissait d’un examen de français, pas d’un examen de science, ces élèves pouvaient donc dire qu’il n’est pas possible de s’adapter, qu’il vaut moins atténuer ou inverser les changements climatiques, si c’est leur opinion... Pour peu qu’ils rédigent leur lettre correctement, de manière structurée, en présentant des arguments de façon éloquente et dans un bon français.

Sur le fond, s’adapter au réchauffement climatique n’exclut pas de vouloir atténuer ou inverser les « changements climatiques ». Aucune incompatibilité logique.

D’ailleurs, des militants écologiquement corrects prônent l’adaptation aux « changements climatiques » comme la Fondation Suzuki.


Pourquoi cette indignation donc ?

Parce que militants et encore très jeunes, ces élèves manichéens et peu subtils ne comprennent pas qu’agir n’est pas incompatible avec s’adapter, que s’adapter c’est déjà agir ?

Parce qu’il fallait sortir un peu de sa bulle de confort ? Parce que pour répondre à la question, il faut présenter et développer des arguments étayés (mais pas nécessairement imparables sur le plan scientifique) et cela demande un effort de rédaction ? Parce que défiler dans la rue c’est plus facile, plus valorisant ?

Ou s’agit-il simplement d’un prétexte pour parler d’inverser la courbe du « réchauffement » dans les médias et dénoncer l’idée même d’adaptation qui pourrait séduire le commun des mortels plus pragmatiques ?



Ministre Roberge, flagorneur et climatiquement correct

Questionné sur la situation lors d’une étude de crédits, le ministre de l’Éducation a affirmé qu’il n’était pas au courant de la question, qui relevait plutôt des fonctionnaires du ministère de l’Éducation.

« Drôle de question, en effet », a commenté vendredi le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, sur Twitter à propos de la question formulée par son ministère. « À mon avis, on aurait dû demander comment lutter contre les changements climatiques, et non s’il était possible de s’y adapter. »

« Je me réjouis de la réaction des élèves. Je trouve intéressant qu’ils soient en mode solution, proactifs, dans la lutte contre les changements climatiques. Je suis encouragé. Les élèves disent : on veut participer aux solutions », a-t-il ajouté, en entrevue au Devoir, avant de préciser que cette « question n’a rien à voir avec la politique du gouvernement du Québec ».

Qu’un ministre de l’Éducation applaudisse sur Twitter aux erreurs de raisonnement de ces jeunes en disant qu’à son avis, « on aurait dû demander comment lutter contre les changements climatiques, et non s’il était possible de s’y adapter » est affligeant. Car il faudrait plutôt admettre l’évidence : même si l’on arrêtait demain matin de produire des gaz à effet de serre, même si l’on croit qu’il y a des changements en cours qui doivent être arrêtés ou inversés (nous n’en sommes pas convaincus, le Québec pourrait bénéficier d’un climat plus chaud), même si l’on croit qu’il y a urgence (ce dont nous doutons), même dans ce cas les changements ne s’arrêteront pas d’un coup : il y a en effet une inertie des systèmes physiques, il faudra donc bien s’adapter aux « changements climatiques » qui ont toutefois le dos large. Voir De plus en plus d'inondations à cause des « changements climatiques », vraiment ?